les chenilles processionnaires

proces1La commune est concernée par la chenille processionnaire du pin ( pour le moment la processionnaire du chêne ne semble pas présente). Cette chenille construit des nids dans la plupart des résineux et pas seulement dans les pins, bien que cet arbre semble avoir sa préférence (fig 1). En ce moment, du fait de la chaleur, elle commence à descendre le long des troncs pour s’enfoncer dans la terre (fig 2) d’où elle ressortira d’ici un à deux mois  sour la forme d’un papillon.  Cette période est la plus dangereuse car la procession croise alors le chemin des humains et des animaux.

proces2Le problème posé par cette chenille est qu’elle est couverte de poils urticants (très urticants) qu’elle peut envoyer assez loin si elle se sent menacer. On peut donc non seulement en avoir sur les mains et le visage mais aussi les respirer ou les recevoir dans les yeux. Evidemment le risque est d’autant plus important que la personne est fragile (enfant, malade…).
Pour les chiens la gueule est souvent le lieu de l’attaque, la langue gonfle énormément et il s’agit alors d’une véritable urgence vétérinaire.

Il existe en Seine et Marne une décision préfectorale pour, sinon éradiquer le problème, du moins prendre les mesures nécessaires près des lieux recevant du public. La forêt étant dans certains endroits couvertes de nids nous ne pouvons que protéger ponctuellement les zones urbaines.

Nous sommes tous concernés et nos avons tous obligation d’agir pour tenter de limiter les risques pour nos familles, nos voisins, les passants et  les animaux. 

proc3Les méthodes de lutte sont variées et dépendent de la période, de la situation et de l’état des chenilles :

  • enlèvement et brulage des nids en période hivernale à condition évidemment qu’ils ne soient pas à la cime de très hauts arbres
  • pose de cerclage sur les troncs infestés afin de capturer les chenilles lors de leur descente
  • mise en place de nichoirs à mésanges (très friandes  de ces larves)
  • pose de piège à phéromone dès le début de l’été pour capturer les papillons mâles (fig 3).

Le recours à des traitements chimiques ou biologiques reste encadré pour des cas spécifiques.

Toute action à proximité des nids ou des chenilles suppose le port d’un vêtement couvrant et l’utilisation de gants et de lunettes de protection

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à les chenilles processionnaires

  1. Berger Monique dit :

    Vous écrivez que la chenille processionnaire du chêne n’est pas présente à Samois. Malheureusement si, j’ai eu un nid l’été dernier que j’ai fait bruler par un professionnel. Il a regardé sur les arbres autour et n’en a pas vu d’autres.

    Une précision, lorsque la chenille s’enfonce dans la terre, le papillon sort effectivement 1 ou 2 mois après mais si les conditions climatiques ne conviennent pas, la chenille peut rester sous terre pendant 1, 2…. plusieurs années. C’est pour cela, entre autre, qu’il est si difficile de s’en débarrasser. Même s’il semble ne plus y en avoir, elles peuvent réapparaître plusieurs années après.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *